Avertir le modérateur

  • PARUTION MILLESIMES 2019 : 5 APPELLATIONS, 5 INCONTOURNABLES A BORDEAUX


    Château HAUT-MARBUZETSAINT-ESTÈPHE Château HAUT-MARBUZET

    Château HAUT-MARBUZET 

    (SAINT-ESTÈPHE)
    Henri, Hugues et Bruno Duboscq
    1, rue Saint-Vincent
    33180 Saint-Estèphe
    Téléphone :05 56 59 30 54 
    Email : infos@haut-marbuzet.net 

    Au sommet, incontestablement, et cela vient récompenser un formidable rapport qualité-prix-plaisir. En effet, ce cru, marqué par la “patte” et la passion d’Henri Duboscq, renvoie à un jardin d’enfants un bon nombre de crus surbarriqués et beaucoup plus chers. Il faut dire qu’Henri, secondé par ses fils Bruno et Hugues, est particulièrement chaleureux et sait de quoi il parle quand on aborde le sujet de l’élevage en barriques ou du terroir. 
    Un vignoble de 66 ha, complanté à 50% de Cabernet-Sauvignon, 40% de Merlot, 5% de Cabernet franc et 5% de Petit Verdot. L’âge moyen des vignes est de 30 ans. Les vendanges sont manuelles avec recherche de surmaturité. Les vins sont élevés en barriques neuves pour chaque millésime, mais avec une maîtrise exceptionnelle pour choisir l’origine du bois et ne pas “abrutir” le vin, avec les essences à grain fin adaptées à son cru. Il faut dire qu’une expérience de quelque cinquante années, cela aide...

    “J’avais présenté le millésime 2016 en disant : “après 55 millésimes que j’ai produis ici, Château Haut-Marbuzet 2016 correspond à la beauté du Monde”… Je n’avais jamais rien vu de si beau, mais, à ce moment-là, je ne savais pas que le 2016 pouvait avoir une sœur siamoise…, nous dit Henri Duboscq.
    En effet ce millésime 2018 est tout à fait exceptionnel, il a tout ! De la structure avec des tanins tellement fondus qu’on les confond avec le fruit, une belle maturité qui lui confère beaucoup d’onctuosité sans excès, un bel équilibre, c’est vraiment un vin de délice.
    Haut-Marbuzet 2017 n’atteint pas les sommets, c’est plus un vin de plaisir, disons que ce n’est pas un monument mais, il a la vertu de la gorgée qui en appelle une autre, un vin gourmand, très agréable, beaucoup de finesse et de distinction, un vin qui permet d’attendre l’épanouissement des plus grands.
    Le secret de ces derniers grands millésimes est le résultat de conditions climatiques particulières : sècheresse, températures élevées, soleil pendant les vendanges… Par le passé, on avait entre 50 et 80% de pluie pendant la récolte ! Dorénavant, on obtient des matières premières d’un état sanitaire remarquable, on se demande presque à quoi servent les tables de tris… C’est grâce au réchauffement de la planète que l’on obtient des millésimes si merveilleux.”

    Formidable verticale sur place, des derniers millésimes à l’extravagant 1970. 
    Vous allez donc exciter vos papilles, avec ce Saint-Estèphe 2016, dense et corsé, aux notes fruitées, épicées, avec une belle concentration représentative du millésime, un vin charnu et structuré, de couleur pourpre, riche en arômes, où dominent en bouche les fruits rouges frais et une note poivrée, un vin qui mérite un peu de patience. Le 2015, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, est un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, de garde, naturellement. Le 2014 sent les petits fruits cuits, mêlant puissance, typicité et souplesse, de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, aux tanins très équilibrés, classique et prometteur. Le 2013, bien corsé et savoureux, aux tanins riches, souples, est bien équilibrés, au nez intense (mûre, groseille, épices...), en bouche très parfumée, avec des notes de cerise mûre et de truffe, fondue et intense. 
    Superbe 2012, “chatoyant”, dit Henri Duboscq, d’une puissance en bouche, un grand vin, charmeur, très parfumé (griotte, humus...), mêlant exubérance au palais et finesse tannique avec une très jolie finale grillée, le style parfait de Haut-Marbuzet dans sa jeunesse. Le 2011 est plus “Saint-Estèphe”, avec une belle structure, dense et persistant, bien corsé, qui sent bon la framboise, la prune et l’humus, d’excellente bouche. Très grand 2010, qui dégage un très beau nezintense, des tanins bien présents mais enrobés, un vin très équilibré, dense au palais, où dominent la fraise des bois mûre et le poivre, mêlant structure et charnu, de grande garde. Le 2009 est splendide : de la finesse, de la complexité, de l’amplitude, un très grand vin où s’entremêlent la fraise des bois mûre, la griotte et l’humus, un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime déjà très séducteur mais de grande évolution. On poursuit avec ce 2007, classique du millésime, ample, très parfumé, tout en souplesse, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus en bouche, c’est un vin parfait, notamment, avec un rôti de veau en croûte ou des magrets de canard aux champignons. Le 2006 semble se refermer, très typé par ce terroir de Saint-Estèphe, d’une complexité certaine, avec des nuances de myrtille et de grillé, de bouche puissante. Le 2005 se goûte très bien, dense, souple, structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômes séduisants de cassis et de sous-bois, puissant.
    Le 2004 est exceptionnel, très parfumé, très complexe, aux nuances de fruits noirs macérés, de cuir et d’épices, de bouche charnue mais distinguée. Le 2002 est dans lignée, un beau vin ample, riche au nez comme aux papilles, avec ces notes de mûre et d’humus, aux tanins savoureux, coloré et dense. Somptueux 2001, l’une des plus jolies bouteilles dégustées, à la fois très souple et dense, d’une grande ampleur, développant un nez envoûtant où les fruits cuits côtoient le poivre rose et le musc, d’une longue finale, idéal sur une cassolette de ris et rognons de veau à la moutarde ou un simple tournedos grillé. 
    On s’oriente ensuite vers ce qui fait la force d’un grand vin, sa capacité d’évolution, en faisant un “saut” vers ce 1990, d’une grande longueur, au nez comme en bouche, avec ce côté légèrement “rancio” qui lui va parfaitement, aux tanins généreux, avec cette bouche bien charnue, ample et séduisante. Le 1989 est plus “chaud”, dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un vin que l’on appréciera sur un foie gras aux figues, par exemple. Le 1987 parvient à maturité, il est à son apogée. Le 1986 est superbe, robe rouge teintée cerise noire, de bouche très équilibrée, au nez où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), opulent, mêlant charpente et distinction, un très grand vin parfait avec un veau en cocotte aux épices ou une pastilla de pigeon. Le 1982 ne fait pas son âge, mêlant densité et harmonie, tout en nuances d’arômes, où dominent la réglisse et les épices, de bouche intense, vraiment remarquable. Le 1978 est très classique, et du millésime et de son terroir, où se décèlent des connotations de de fruits à noyau et de fumé, tout en bouche comme le 1975, surprenant par sa vivacité, sa couleur, son ampleur, comme ce grand 1970, lui aussi, d’une bouche dense, subtilement parfumée (champignons, cuir), avec des tanins raffinés, un vin qui emplit le palais. Voir également le Médoc Château Layauga-Duboscq.




    Château CROQUE MICHOTTESAINT-ÉMILION Château CROQUE MICHOTTE

    Château CROQUE MICHOTTE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Pierre et Lucile Carle

    33330 Saint Emilion
    Téléphone :05 57 51 13 64 
    Email : chateau@croque-michotte.fr 
    Site : www.croque-michotte.fr 

    Au sommet. Le vin est racé et distingué, très représentatif de ce que doit être un vrai grand vin de Saint-Émilion, collectionne les récompenses !

    récompenses, et c’est mérité.

    suivant les règles de l’Agriculture Biologique.


    Pour Lucile Carle, “les vendanges 2018 se sont très bien passées, nous avons eu un peu de perte sur le Merlot à cause du mildiou, alors que le Cabernet a été très peu touché, globalement, nous avons fait une belle récolte et nous sommes plutôt contents. Nous continuons les vinificationssans sulfites comme nous le faisons depuis 2015, utilisation de la table à tri optique depuis 2012… Beaucoup d’efforts qualitatifs auxquels nous sommes attachés, cela fait partie de notre philosophie de travail. Ce 2018 va être un très beau millésime, il ressemble au 2015. 
    Le 2017 est un très bon millésime, nous en avons de petites quantités, donc, nous en aurons très peu à vendre aux particuliers. C’est un peu pareil pour le 2016 qui est composé d’une majorité de Cabernets, moitié-moitié, pratiquement, alors que pour le 2017, il y a une majorité de Merlots. Ces 2017 et 2018 sont des vins au bon potentiel de garde.
    Cela fait 20 ans cette année que nous sommes en culture biologique labélisée, nous avons été l’un des premiers, si ce n’est le premier domaine, à cultiver en Agriculture Biologique. Nous travaillons toujours avec la même équipe, nos ouvriers agricoles sont avec nous depuis pratiquement 20 ans et, c’est grâce à eux, que l’on produit du bon vin, ils connaissent très bien les parcelles, 80% de travail se fait tout au long de l’année en travaillant les vignes, c’est aussi un atout du Château Croque-Michotte.”
    Comment résister à ce Saint-Émilion GC 2016, généreuxplein de charme, de couleur soutenue, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin gras, tout en bouche, d’une belle persistance, avec ces nuances de fruits compotés au palais, de garde, naturellement. Formidable 2015, récompensé déjà par 5 médailles lors de Concours : 1 Grand Or, 2 en Or et 2 en Argent (bravo !), intense et chaleureux, charpenté, coloré et parfumé, aux connotations de truffe et de griotte mûre en finale, un vin qui révèle des tanins puissants et très fins à la fois. Le 2014, au nez complexe où prédominent la groseille et les sous-bois, mêlant structure et charnu, développe au palais des notes de fruits rouges cuits, de cannelle et de fumé, des taninssoyeux, tout en bouche, très savoureux déjà, même s’il a un réel potentiel d’évolution. Le 2012, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, parfait avec un carré d'agneau rôti ou des noix de veau, sauce au romarin. Le 2011, tout en finesse, se caractérise par une charpente solide et des nuances de fruits cuits, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, la mûre et les sous-bois. Le 2010, est superbe, de base tannique importante et très équilibrée, aux arômes de fruitsrouges cuits, de truffe, d’épices et de sous-bois, un vin ample, d’un remarquable équilibre en bouche, avec beaucoup de matière. Le 2009, n’a rien à lui envier, très typé, aux tanins très soyeux mais fermes également, au nez complexe (fraise des bois, cuir), d’une belle intensité en finale, un vin riche en couleur, classique, alliant finesse et charpente, ample et persistant en bouche, certainement l’une des plus belles réussites de l’appellation dans ce millésime. Quant à ce 2008, parfait actuellement, de couleur soutenue, il est d’une belle charpente, structuré, aux connotations de réglisse, de sous-bois et de cerise macérée, de bouche savoureuse. Excellent 2007, suave et chaleureux, aux connotations de truffe et de griotte mûre, tout en finale. Gage de ce que donne l’évolution d’un vrai grand vin, le 2001 est formidable actuellement, racé, velouté, parfumé, un vrai régal !



    Vignobles Jean GALAND et ses EnfantsCANON-FRONSAC Vignobles Jean GALAND et ses Enfants

    Vignobles Jean GALAND et ses Enfants 

    (CANON-FRONSAC)

    La Malatie
    33126 Fronsac
    Téléphone :05 57 25 20 72 et 06 27 05 05 38 
    Email : pharmaciejeangaland@orange.fr 
    Site : www.chateaufronsac.com 

    Le vignoble familial Château Galand est une propriété fort ancienne, dont les bâtiments datent pour certains du XVIe siècle. Ses vignes s'étendent du flan méridional du fameux coteau argilo-calcaire en pente douce de Canon jusqu'aux plaines alluviales de la Dordogne dont les méandres serpentent à quelques mètres de là. 
    La côte de Canon-Fronsac est le prolongement géologique vers le sud-ouest de la grande côte de Saint-Émilion portant les crus les plus prestigieux de l'appelation. Elle en est séparée sur une distance de 5 à 6 km par la plaine de Pomerol à l'est. Au nord, s'étendent les vignobles de Fronsac. On y retrouve les calcaires à astéries et la molasse du Fronsadais donnant le vin dont le caractère suffit à le distinguer. Le relief accidenté de la région empêche la stagnation des eaux et la proximité des rivières protège les vignes des gelées.
    Vous ne pourrez qu’apprécier ce grand Canon-Fronsac 2016, très typéharmonieux, aux connotations fruitées et épicées, aux tanins mûrs et riches, il est classique et élégant, avec de la matière et une bouche chaleureuse, un vin racé comme on les aime, qui développe en finale des connotations délicates de fruits macérés et de poivre, de garde, naturellement. 
    Le 2015, très typé également, dense, de belle couleur pourpre, au nez de fruits macérés et d’épices, il est de bouche riche et fondue à la fois, avec des notes de prune, de cuir et musc, d’une belle finale, de garde
    Le 2014, charnu et gras, au nez subtil, dominé par la griotte et l’humus, avec ces notes persistantes de fumé, de cerise mûre et d'épices au palais, a des tanins amples mais très fins, un vin complet, tout en charme, idéal, aujourd’hui, sur un filet de bœuf grillé ou un tournedos aux cèpes.
    Excellent Bordeaux Supérieur Château Galand 2016, également au sommet de son appellation, coloré, au nez dominé par la mûre et la framboise, de bouche ample où se retrouvent la griotte et la prune.



    Château La GALIANEMARGAUX Château La GALIANE

    Château La GALIANE 

    (MARGAUX)
    Christiane Renon
    14, rue Alfred de Luze
    33460 Soussans
    Téléphone :05 57 88 35 27 
    Email : scea.rene.renon@wanadoo.fr 
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulagaliane 
    Site : www.scea-rene-renon.com 

    A la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui vient récompenser un formidable rapport qualité-prix-typicité.
    Le Château doit son nom au Général Anglais Galian qui depuis ce lieu commandait les troupes anglaises pendant l'occupation de l'Aquitaine au XVe siècle. Exploitation familiale depuis plusieurs générations, plantée de 50% de Cabernet-Sauvignon, 45% de Merlot et 5% de Petit Verdot, ce qui présente un parfait équilibre, classique et traditionnel de l'appellation Margaux. Le vignoble est réparti sur des croupes de fines graves
    “La vendange 2018 s’est effectuée par un temps formidable, très chaud, nous raconte Christiane Renon. Les raisins étaient très sains. Nous avons échappé au mildiou grâce aux soins apportés et, grâce à cela, la récolte était très jolie. Les degrés sont assez élevés, c’est d’ailleurs ce qui caractérise ce millésime. Jolies couleurs soutenues, Vins très fruités, très agréables, les tanins sont bien ronds
    Château La Galiane 2017 : les Vins sont plus souples, moins charpentés, moins structurés que le 2018, c’est un vin qui sera agréable à déguster un peu plus tôt car le 2018 a plus de potentiel de garde, il faudra l’attendre. Château La Galiane 2016 : les Vins sont très ronds, très soyeux, des Vins “velours”, des Vinstrès équilibrés avec de la complexité, un bon potentiel de garde. Je compare le 2015 au 2005 et le 2016 au 2006. C’est grâce au travail assidu dans les vignes que nous obtenons des Vins d’excellence. J’ai une équipe formidable qui suit le vignoble, nous faisons une taille sévère, beaucoup d’ébourgeonnage, d’effeuillage, travail du sol, maîtrise des rendements, le secret est là !“
    Vous serez accueilli par sa charmante propriétaire pour y déguster ce Margaux 2016, c’est un vin puissant et structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômes séduisants de cassis et de sous-bois, avec des tanins très bien équilibrés, qui mérite d’être conservé pour profiter de son potentiel. Remarquable Margaux 2015, coloré, d’une jolie robe rouge sombre, au bouquet ample, riche, aux senteurs de réglisse et de mûre, aux tanins bien fondus, de bouche dense où s’entremêlent des nuances de cerise noire et d’humus. Le 2014, de couleur pourpre soutenu, riche mais très élégant, très savoureux, intense au nez comme en bouche (fraise des bois, épices), avec une structure très équilibrée et fondue, de très bonne garde. Savoureux 2013, de robe profonde, riche et complet avec des notes de réglisse et de cassis, un vin flatteur, rond, ample, avec des tanins soyeux. Le 2012, typé, est racé, de robegrenat soutenu, qui allie une belle structure à une jolie souplesse, tout en nuances d’arômes avec des connotations de prune, de violette et de pruneau, de bouche chaleureuse dominée par la fraise macérée, à déboucher, par exemple, sur une épaule d'agneau braisée ou un fricandeau de veau à l'ancienne. Le 2011 est vraiment remarquable, aux notes de prune mûre, un vin puissant, très savoureux, de bouche fondue où domine le pruneau confit, d’excellente évolution, que l’on peut commencer à servir sur des feuilletés aux morilles. Très beau 2010, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche avec des nuances de fruits noirs compotés, aux tanins équilibrés, complet, de garde. Le 2009 est puissant au palais, aux tanins mûrs, un vin qui sent bon la groseille mûre et l’humus, tout en rondeur, de bonne charpente, structurée et fine à la fois, de très bonne garde, à déboucher sur un carré d'agneau à l'ail. Le 2008 est tout en couleur et en matière, au nez de griotte et de fumé, riche et gras, intense, d’un bel équilibre, un vin aux tanins bien présents mais soyeux.
    Il y a également son autre Margaux Château Charmant, dont le vignoble de 5 ha est planté sur des croupes de fines graves, qui possède des ceps de vignescentenaires, la culture se fait par une fertilisation réalisée à base de fumure organique. Superbe 2016, au nez complexe où dominent la fraise des bois mûre et l’humus, il est très bien élevé, de robe profonde, c’est un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime séducteur. Le 2015, de très bonne bouche, est bien charnu, aux tanins harmonieux, avec des nuances de fruits surmûris et d’épices, de belle couleur cerise noire, riche et velouté au palais avec de la personnalité. Le 2014 est un vin qui révèle un bouquet de notes épicées et poivrées, ample en bouche avec des tanins denses et veloutés, d’une finale persistante. Joli 2013, qui a de puissants arômes de fruits noirs, un vin bien charpenté, aux tanins mûrs, à la fois riche et souple, d’une belle finale. Le 2012, de bouche classique, structuré, avec ses tanins ronds et riches, avec ces notes de mûre et de cassis en finale, un vin qui allie finesse et charpente, aux tanins denses et soyeux

    Château LAFARGUEPESSAC-LÉOGNAN Château LAFARGUE

    Château LAFARGUE 

    (PESSAC-LÉOGNAN)
    Famille Leymarie
    9, impasse de Domy
    33650 Martillac
    Téléphone :05 56 72 72 30 
    Email : contact@chateau-lafargue.com 
    Site : www.chateau-lafargue.com 

    Une propriété menée par Jean-Pierre Leymarie, ancien maraîcher, qui s’est passionné pour son cru, le développant petit à petit. Le domaine compte 18,35 ha : presque 16 ha en rouge et 2,5 en blanc. Les vignes ont une moyenne d'âge de 20 à 25 ans. Les vendanges en blanc sont manuelles et effectuées par tries successives selon un critère phytosanitaire très rigoureux. Elles sont en grande partie mécaniques en rouge depuis 1997 (les plus jeunes vignes sont vendangées à la main), à maturité optimale et selon, là aussi, un critère phytosanitaire extrêmement rigoureux. Le vignoble est planté en Cabernet-SauvignonMerlotCabernet franc et Petit Verdot pour les rouges, Sauvignon et Sauvignon gris pour les blancs.
    Vous allez aimer comme nous ce Pessac-Léognan cuvée Prestige rouge 2015 (sélection de vieilles vignesfaibles rendements, vendanges manuelles à maturité optimale), aux notes de cerise et de sous-bois, de robe foncée, très équilibré au nez comme en bouche, un beau vin chaleureux, avec, au palais, des nuances de groseille mûre et de cuir. Le Pessac-Léognan rouge classique 2015, au nez de myrtille, de violette et d'épices, gras, associe puissance et finesse, de couleurprofonde aux reflets violacés, aux tanins enrobés. Séduisant Pessac-Léognan cuvée Alexandre blanc 2016, il est sec mais suave, de jolie robe dorée, très rond, très fruité, de bouche puissante et persistante, aux notes d’amande et pêche
    Goûtez également le Dauphin de Lafargue, charnu comme il se doit, aux notes caractéristiques de petits fruits frais et d’humus, tout en souplesse.



    Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu